Actualité Studio M

Les étudiants en Game Design de l' école de jeux vidéo de Montpellier ont eu la chance de pouvoir rencontrer plusieurs fois Alexandre Carlotti, Directeur Audio d'Ubisoft Montpellier. Alors qu'il avait déjà présenté son métier lors d'une conférence, il est intervenu le 10 juin comme membre du jury pour leur examen de fin d'année.

A cette occasion, il explique ce qui est attendu des étudiants.

Bien réussir sa présentation de jeu vidéo

Lorsque l'on tente de convaincre un groupe de personnes de la pertinence de son jeu vidéo, qu'il s'agisse d'une présentation professionnelle ou d'un jury pour un examen, il est indispensable d'avoir bien travaillé en amont.

La présentation doit être réfléchie, cadrée et bien préparée, de façon à ce qu'elle se déroule dans les meilleures conditions possibles le jour J et que les auditeurs puissent suivre plus facilement, tout en restant concentrés. Avoir pensé à produire un support visuel est donc indispensable. Il est également bon de l'agrémenter d'images, de trailers ou d'extraits sonores.

Avant de commencer à parler de sa réalisation, il est préférable de rappeler aux interlocuteurs qui l'on est et la raison de sa présence.

"Dans ce cadre de rigueur, on apprécie d’avoir en face de nous une personne détendue, agréable, ouverte, qui nous fait écouter et voir des choses bien travaillées, avec une sensibilité et un savoir-faire. Le savoir-être compte beaucoup, il est important de ne pas transmettre son stress au jury" , explique Alexandre Carlotti.

Présenter un jeu vidéo à son image

Pour faire bonne impression ou pour épater le jury, il peut être tentant de se tourner vers un projet très (trop) complexe. Si l'effort, la prise de risque et la quantité de travail peuvent être salués, le résultat, pas toujours à la hauteur de la motivation et de l'implication de l'élève, peut en être lourdement impacté.

"Mieux vaut ne pas choisir des choses trop ambitieuses et se tourner vers des choses qui sont de leur niveau. On aime voir des gens qui se connaissent et non pas des gens qui se surestiment ou se sous-estiment", affirme le spécialiste en jeu vidéo. Pour éviter toute mauvaise surprise, il est préférable de se lancer dans un projet qui est à sa portée et de le mener parfaitement à bien.

Enfin, tous les choix sonores effectués devront avoir une justification, qui aura été pensée en amont et pas au moment de les mettre en place.

S'ouvrir sur le monde professionnel du jeu vidéo

Alexandre Carlotti a également prodigué quelques conseils à nos jeunes étudiants concernant leur insertion professionnelle.

Pour lui, le plus important est de conserver une bonne ouverture d'esprit car le marché professionnel du jeu vidéo reste ouvert. Que l'on souhaite travailler dans l'univers du jeu indépendant ou du triple A, toute expérience est bonne à prendre et ne cloisonnera aucunement l'avenir de nos jeunes diplômés.