sortie studio m toulouse

Les étudiants en première année de Bachelor Game Art/Game Design ont profité d'un visite commentée de la fondation Bemberg, à Toulouse.

coralie blaret

Les élèves en parlent :

Expérience intéressante, enrichissante et instructive, la visite de la fondation Bemberg a été appréciée unanimement par les étudiants, ravis d’avoir été accompagnés par une guide investie et très claire.

Le lieu, l’Hôtel d’Assézat, large bâtisse regroupant la collection de Georges Bemberg, a beaucoup impressionné, mais pas autant que la muséographie adoptée. L’agencement des salles et l’univers recréés en fonction des époques et des courants artistiques les a piqués au vif et leur ont permis de mieux rentrer dans les œuvres et leur contexte.

croquis étudiant game

La collection, riche et variée, comprend des sculptures, des peintures, des dessins, des objets d’art, du mobilier… s’étendant du XVè au XXè s, fournissant à chacun matière à puiser et à fureter à sa guise.

« Bien que longue parfois, la visite m’a vraiment plu, et j’ai pu faire de beaux croquis », convient David. Bronzes et ors en ont charmé plus d’un. Et les portraits leur ont tapé dans l’œil. « De nombreuses statues m’ont plu et deux portraits ont attiré mon regard : L’Automne de Rosalba Carriera et le Scipione de Tintoret", déclare Floriane. Les statuettes de bronze, le tableau Vénus et Cupidon de Cranach – critique de la religion et des règles strictes de l’art de l’époque – ainsi que La jeune fille lisant fait au pastel, de Berthe Morisot – œuvre qui brise les règles de l’art, ont retenu l’attention de Coralie. Pierre, quant à lui, a été intrigué par Pieter de Hooch, artiste hollandais qui s’attache à représenter le réel de façon très illusionniste, et par l’analyse faite du clair-obscur qui décrypte les enjeux sous-jacents.

De son côté, Yann est surpris par les évolutions techniques et leur impact sur le style, la perspective, telle que repensée par Alberti ou la camera obscura utilisée par Guardi pour peindre ses veduta, "nouvelles approches de la technique du peintre qui me semble désormais plus claires ». Et ce n’est pas le seul ! Florian a « apprécié les œuvres de Canaletto et Guardi, et en général, la Renaissance », tout comme Alexandre : « Mon centre d’intérêt est la Renaissance, et en particulier l’Italie, qui m’inspire beaucoup. » Floriane a aimé « les œuvres italiennes, les statues avec leurs courbes très inspirantes pour créer des corps », et Yoann déclare avoir « appris pas mal de choses sur les différentes techniques utilisées, les supports de création, les significations cachées » . Pour David :  « C'est fou tout ce que l’on peut dire sur un genre artistique ou une peinture grâce à une analyse toute simple ! »

La fin de la visite, consacrée aux salles des modernes, a déclenché une adhésion plus mitigée. A l’instar de l’impressionnisme qui a marqué Yann : « Ce courant, avec la nécessité de capter des détails, me paraît plus impressionnant encore, au vu du travail abouti ». Florian a été moins réceptif : « Degas, Vuillard, l’impressionnisme, le pointillisme, je respecte mais j’aime beaucoup moins ». Certains ont alors décroché et emprunté d’autres sentiers. « Je me suis permis d’aller voir les autres pièces, et cela m’a plus plu » a précisé Adrien. « J’ai eu plus de plaisir à être seul et à mon rythme », a expliqué Pierre. D'autres n'ont pas osé s'éloigner, et le déplorent : « Avec la visite guidée, on avait moins de liberté pour se déplacer » (Tobias), « Je préfère visiter un musée à mon rythme et me perdre parmi les arts et l’histoire » (Timothée).

 

Les différents croquis ont été réalisés par Coralie Blaret.