Actualité école

Quelques fois, la nature devient un véritable terrain de jeu pour les photographes. Elle les inspire, leur permet de voyager et d'approfondir des techniques différentes. C'est le cas de Vitor Schietti, un photographe Brésilien qui utilise la nature, les paysages, les arbres, certaines fois les hommes. Son travail rend honneur à notre très chère Terre.Très souvent, lors d'interviews, de nombreux photographes relatent qu'ils sont tombés dans la photographie très jeunes. Ils utilisent leur premier appareil photo, cela devient ensuite une obsession, ils veulent tout photographier. C'est le cas de Vitor Schietti. A 10 ans, ses parents lui ont offert un Polaroïd pour Noël, à 14 ans il découvre la magie de l'argentique grâce à un Canon 500V. Ainsi, tout naturellement, en 2006 à l'âge de 20 ans, il emménage à Montréal pour apprendre le français et il acquiert un Canon Rebel XT. Grâce à ce dernier, il expérimente la photo de rue et la photo longue pose. Depuis, son appareil photo ne l'a jamais quitté.

De l'imaginaire au surréaliste, l'univers de Schietti nous plonge dans un rêve

2015 fut l'année de Vitor Schietti, son travail n'a cessé de se développer et de plaire. Effectivement, il crée en 2015 une nouvelle série nommée « Impermanent Sculptures ». Celle-ci est « le résultat de plusieurs années de recherche sur l'exposition longue » annonce-t-il. Il réalise des photographies à l'aide de feux d'artifices, pour créer l'effet tant apprécié dit « Lightpainting ». Pour cela il utilise la longue exposition allant de 5 à 50 secondes. Les photographies de cette série ont été réalisées dans la savane du Cerrado, dans la ville de Brasília mais également au Guatemala, au Panama ou encore au Costa Rica.

Pour cette série, il utilise l'intensité lumineuse des feux d'artifices qui permet de créer ces faisceaux lumineux, semblables à des cristaux de lumière. Pour pouvoir comprendre un peu mieux sa technique, Vitor a réalisé un making-of qui pourra plaire aux plus curieux.

Making of Tree of Life from Vitor Schietti on Vimeo.

Par ailleurs, Vitor révolutionne le genre de la photographie en utilisant des techniques toutes plus originales les unes que les autres. Il utilise la double exposition, la peinture, le flou... Il aime mettre en scène est rendre ses photographies magiques. Pour la série « Thought Forms », l'artiste photographie le ciel, les nuages durant le crépuscule, mais également en pleine journée. Il ajoute à ses photos des formes géométriques, des cercles, des motifs, des tracés de couleurs. Ces dernières sont douces, chaudes, cela donne une nouvelle dimension aux paysages présents sur les photos, nous nous retrouvons face à un autre monde, de toute beauté. Il maîtrise cette technique originale à la perfection, pour notre plus grand plaisir.

Lors d'une interview, Schietti disait « There's no such thing as talent, there is only hard work » («Le talent n'existe pas, il y a seulement du travail acharné ») et il nous le prouve bien.

D-_STUDIOM_Desktop_vitor-schietti-couleur-1

Crédit : Vitor Schietti

Le métier de photographe, du travail avant tout

Lorsque l'on perçoit le travail des photographes, on peut s'imaginer que c'est quelque chose de simple, qu'il suffirait d'un bon appareil pour réaliser de superbes photos. Mais comme on l'entend très souvent « ce n'est pas l’appareil qui fait le photographe », c'est plutôt « en forgeant qu'on devient forgeron » ! Il n'y a pas de secret à la photographie, ce n'est pas un don, mais une passion qui s'exerce jusqu'à ce que l'on devienne très bon. Des formations permettent d'acquérir de très bonnes bases, comme l 'école de photographie de Montpellier, où le BTS Photographie permet d'acquérir des compétences dans la création et la composition de l'image mais aussi une expérience professionnelle grâce à un stage en entreprise de 15 semaines.

Mais une chose est certaine, comme l'explique très bien Vitor “If one wants to produce art, one is capable of it, but it takes time, dedication, trial and error, [and] acceptance… » (« Si quelqu'un veut produire de l'art, il en est capable, mais cela prend du temps, du dévouement, des essais, des erreurs et l'acceptation »). Pour réussir, il faut s'en donner les moyens et travailler le plus possible. A l'aide d'un peu d'imagination, on peut ainsi créer des merveilles !

Crédit photos : Vitor Schietti

Cet article vous a plu ? Découvrez toutes l'actualité de l' école de photo de Montpellier