L'actualité Studio M Lyon

Guillaume Charrin, Animateur 3D et ancien étudiant 3D de l'école Studio M Lyon, nous retrace son parcours au travers d'une interview.

Pouvez vous vous présenter ?
Je m'appelle Guillaume Charrin, Animateur 3D né et élevé à Lyon.

D'où est née votre passion pour l'univers du jeu vidéo ?
Je dirais qu'elle est née début 90 avec la fin de règne de l'Atari ST. J'y jouais chez un ami. Mais avant le jeu vidéo, la passion de l'animation est née bien avec Road Runner. Je faisais des Flipbook sur mes cahiers d'exercices de maths.

Quelle formation avez-vous suivie ?
J'ai suivi la formation 3D, Promotion 2005-2008. Malgré le fait que je voulais faire de la bande-dessinée, M Travel (le directeur de l'époque) a su me convaincre de faire de la 3D.

Quels ont été les temps forts de votre formation à Studio M ?
Les 3 années ont été des temps forts. On avait un rythme très soutenu, et je devais travailler à coté pour financer la formation. Entre les rendus hebdomadaires de 3D, planches de bande-dessinée, story-boards ou encore d'animations 2D, on arrêtait pas !

Humainement et pédagogiquement que vous a apporté votre formation ?
Au cours de ces 3 années tumultueuses, nous avons eu d’excellents intervenant pour nous former. La formation qu'on a reçu nous a formé à être des couteaux suisses de l'industrie. On a reçu des cours d'anatomie, de dessin académique, de Bande-Dessinée, de story-board, d'animation 2D, de maquettes, d'histoire de l'art et du cinéma, de découpage technique, et bien sûr de 3D.
En connaissant un large panel de l'industrie, on peut avoir une estimation plus exacte des temps de productions des assets à fournir dans un pipeline.
Merci à tous les intervenants qui ont traversé nos formations.

Comment s'est effectuée votre recherche d'emploi après votre formation ?
Au sortir de la formation, 2008, Le marché était en pleine crise. J'ai dû déménager à Paris pour espérer atterrir sur une production. On est jamais préparé à ça, la bulle de confort de l'école éclate et c'est le vrai monde qui vous éclate au nez.
Ça a été houleux, entre intermittence et CDD précaire. Mais dès que le carnet d'adresse et de recommandations commence à se remplir, le réseau s'étend et on trouve sa propre routine en jonglant avec les prods.

Pouvez-vous présenter votre société actuelle ?
Grosse, avec des impératifs de production stricts.

Quel poste occupez-vous actuellement ?
J'occupe le poste de chef d'équipe animation 3D.

Quelles sont vos principales missions ?
Je dois m'assurer que le volume horaire de travail entre dans les capacité de l'équipe, fixer une barre qualitative, et homogénéiser le style des animations… et crier un peu.

Quels conseils donneriez-vous à un étudiant qui voudrait exercer le même métier que vous ?
Il faut d'abord faire face à une réalité. L'animation est le métier ou le taux d'échec est le plus fort et le moins documenté.
Si vous n’êtes pas prêt à vous mettre en danger pour réussir dans cette branche, oubliez tout de suite. Il faudra travailler plus et s'accrocher pour pouvoir un jour poser correctement ses breackdown.
Si il y a bien un homme qui a su rassembler les savoirs des plus grand animateurs c'est Richard Williams (un animateur de talent également) même lui avoue n’avoir été efficace qu’à l’âge de 40 ans.
Accrochez-vous !

Et pour finir plus concrètement,  faites attentions à 3 choses :
1- votre book est d'une importance capitale.
2- votre anglais doit rouler.
3- votre réseau est encore plus important que tout le reste.

Je dirais que le plus important est de trouver des gens avec qui on a plaisir à travailler. Il faut rester intègre et bosser.
Le réseau viendra.